La croix dans le langage du droit : retour sur la théorie de la rançon

Sommaire. La théorie selon laquelle Jésus s’est donné en rançon au satan est jugée obsolète. On lui préfère généralement la théorie de la satisfaction ou de la substitution pénale qui pose que Jésus a pris le châtiment divin à notre place. Ces théories reposent sur une intuition fondamentale selon laquelle la croix et le droit sont en étroite relation. Abordant la question du point de vue spécifique des catégories du droit, l’auteur souhaite montrer que l’interprétation juridique de la rançon est non seulement possible mais encore qu’elle est juridiquement mieux fondée que celle de la satisfaction ou substitution pénale. Le but n’est pas d’affirmer sa suprématie sur toutes les autres formes d’interprétation mais sur celles qui se réclament des catégories du droit. Grâce à l’herméneutique juridique, l’objectif final est de renouveler la réflexion sur la théorie de la rançon et de montrer qu’elle mérite mieux que le relatif mépris dans lequel elle est aujourd’hui confinée.
Chacun a besoin d’entendre parler de Dieu dans son langage.
(D’après Actes 2,6)

Frédéric Rouvière

Professeur en Droit privé à la Faculté de Droit de l’Université d’Aix -Marseille. Directeur du Laboratoire de Théorie du Droit. Directeur de l’Académie de Droit d’ Aix-Marseille

Share This